Chapitre 9 : Un bon début

Dans les appartements de Bilbo, Frodo recevait les cadeaux de son oncle.

Bilbo : Ça, c’est mon Dard. C’est une création Orque. Elle brille lorsqu’ils sont proches pour mieux te viser.

Frodo : C’est pas un peu dangereux ?

Bilbo : C’est juste pour les masochistes. Mais pour palier à ce défaut, voici ma cotte de maille en Mithril. Aussi dure que ma bite les écailles d’un dragon.

Frodo : Cool !

Bilbo : Maintenant, déshabille toi devant moi et enfile la. Petite cochonne.

*

* *

La Communauté Annale était enfin prête à partir. Elrond leur fit un dernier discours digne d’un véritable homme politique.

Elrond : Vous vous cassez enfin de chez moi. L’addition a été réglée par Bilbo, en nature. Toi, Frodo, tu devras aller jusqu’au bout de ta quête. Les autres, vous pouvez l’abandonner dès que vous voulez. Adieu.

Gandalf : Frodo, passe devant. T’es blindé donc si on est attaqué, on sera protégé.

Frodo se plaça en premier et le chemin se divisa en deux.

Frodo : Faut que j’aille à gauche ou à droite ?

Gandalf : À droite.

Frodo fut le seul à aller à droite qui menait jusqu’à la Comté. Tout le monde se ficha de lui.

Ned : On aura dû prendre Dora l’Exploratrice, au moins, elle, elle a une Carte.

Ils voyagèrent pendant longtemps, constamment harcelés par Merry et Pippin qui demandaient tout les deux mètres si ils étaient bientôt arrivés. Ils s’arrêtèrent à midi pour manger.

Gandalf : Alors, on va prendre par la Trouée du Rohan.

Personne ne l’écoutait. Tout le monde regardait le combat d’entraînement entre Merry et Pippin contre Ned. La victoire, étonnamment, revient aux Hobbits qui lui avaient donné un coup de boule dans les couilles.

Gimli : Gandalf, si vous me demandiez mon avis…

Gandalf : Je ne le demande pas.

Gimli : … Je crois que nous prenons le chemin le plus long. Passons par les Mines de la Moria.

Un éclair déchira le ciel.

Gimli : Mon cousin Balin qui est l’un de tes meilleurs potes nous accueillerait royalement !

Gandalf : Ton idée, c’est de la merde.

Pendant ce temps, Legolas observait le ciel.

Legolas : Mes yeux détectent quelque chose.

Gimli : C’est qu’un ptit nuage.

Ned : Il avance vite… et contre le vent !

Legolas : Crébains du Pays de Dun détectés à deux heures.

Aragorn : Cachez vous !

Ils se cachèrent derrière des cailloux sans savoir qu’ils étaient déjà reperés.

Gandalf : Des espions de Saruman… Il nous faut passer par le Col de Carahdras.

Ned : Un instant ! Vous voulez que l’on escale une montagne sans équipement en plein hiver ?

Gandalf : Oui.

Ned : Alors prenons chacun du bois pour se chauffer. Moi, l’hiver, ça me connait.

*

* *

Pendant la grimpette, Frodo se cassa la gueule.

Ned : On aurait dû prendre Lara Croft, elle sait tenir debout, elle.

Frodo : J’ai perdu l’Anneau !

Gandalf : On est dans la merde !

Ned : J’ai trouvé l’Anneau !

Gandalf : On est dans la merde !

Aragorn : Rend l’Anneau à Frodo. Tout de suite.

Deux heures plus tard.

Ned : Le voilà.

Merry : Je vois qu’il y a une petite tension donc je vais chanter !

Gandalf : Non !

*

* *

Chez Saruman, les Crébains font leur rapport.

Crébains : Couin couin couin.

Saruman : Couin Couin. Alors comme ça vous essayez de passer le Col de Carahdras. Et si vous échouez, par où passerez vous ? Par un coin (coin) encore plus dangereux ?

Jean-Michel Uruk-Hai : Il parle à qui ?

Oliver l’Uruk-Hai : J’en sais rien…

*

* *

De retour sur la Communauté. En gros, ils sont dans la merde.

Ned : Merde ! On peut pas faire de feu et le blizzard se lève ! On va tous mourir !

Gandalf : Brisingr !

Le bois s’enflamma mais le feu était vert.

Gandalf : On va pas mourir de froid. Par contre, Saruman sait où nous sommes…

Legolas lui n’avait aucun problème pour se déplacer, en effet, il marchait sur la neige.

Legolas : Mes oreilles détectent une incantation.

Gandalf : C’EST SARUMAN !

Une avalanche se déclencha.

Ned : C’est impossible ! Il est à des kilomètres d’ici !

Gandalf : C’EST UN CHANTEUR DE ROCK !

Une avalanche se déclencha.

Aragorn : Arrête de crier !

Gandalf : MA TOUCHE MAJUSCULE EST BLOQUÉE !

Ned : Faisons demi-tour !

Gandalf : NON !

Une avalanche se déclencha et ils se retrouvèrent enseveli. Par chance personne ne mourut. Ils décidèrent de se mettre dans un endroit tranquille pour discuter.

Aragorn : L’endroit est sûr.

Pas très loin, un loup hurla. Suivi par un autre, plus proche.

Aragorn : Vraiment sûr.

Legolas : Mes yeux et mes oreilles ne détectent rien.

Il s’assit sur un ours. Frodo en crachant les pépins de la pastèque que lui avait donné Sam éborgna un Warg. Puis de nombreux yeux apparurent tout près de la Communauté. Un gaz de Gimli asphyxia un Yéti et le couteau à beurre de Sam tua une hydre.

Gimli : Passons par les Mines de la Moria !

Un éclair déchira le ciel.

*

* *

Chez Saruman.

Saruman : La Moria. Vous avez peur d’aller dans ces mines ? En même temps, c’est normal, les Nains ont réveillé l’Ombre et la Flamme…

Francis l’Uruk-Hai : La sénilité…

*

* *

Du côté de la Communauté, Gandalf s’était résigné à aller dans les mines.

Aragorn : Non ! Pitié pas ça !

Gandalf : Allons, chochotte. Nous y sommes déjà allés tout les deux.

Aragorn : Si nous y allons, je vous préviens. Vous n’en ressortirez pas indemne.

Gandalf : Laissons le Porteur de l’Anneau décider.

Frodo hésita pendant environ deux secondes.

Frodo : Nous passerons par les Mines.

Un éclair déchira le ciel et Frodo espérait que la prédiction d’Aragorn se révélerait juste.

Gandalf : Alea jacta est.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s